RETOUR A LA TABLE DES MATIÈRES




AVANT-PROPOS




Toi qui désespères, je voudrais t'inviter à parcourir ces pages. Je voudrais surtout te rendre l'espoir, t'aider à découvrir devant toi les chemins des possibles, car il n'est pas de voie sans issue. En effet, ces chemins, c'est toi qui en établis le tracé, en engageant ta liberté inaliénable dont tu ignores sans doute encore les potentialités incommensurables.



Rogery, 18/08/2006: sentier champêtre.




Si j'ai décidé d'écrire ce livre, c'est parce que j'ai moi-même connu le désespoir, avec, pour seule certitude, celle que je n'en sortirais jamais. Puis, certaines personnes, certains événements, m'ont permis de dépasser cette situation, de me mettre en route pour traverser ce désert qui constitue un passage obligé pour enfin découvrir la joie de vivre. Une fois ce cap franchi, il m'a semblé que mon expérience pouvait servir à autrui et que, en la partageant, je permettrais peut-être à celles et ceux qui connaissent le désespoir aujourd'hui de vivre heureux demain.



Fosse, 08/10/2006: hêtre.





Ce livre n'est pas un catalogue de recettes miraculeuses et encore moins un recueil de remèdes magiques. De solutions faciles, il n'en existe pas, et ceux qui en promettent appartiennent aux sectes des gourous et des charlatans liberticides. En effet, les chemins qu'il nous faut parcourir, personne ne peut les arpenter à notre place, car nous restons pleinement responsables des actes que nous posons. Bien entendu, ceci ne signifie pas que nous sommes seuls sur la route: d'autres personnes nous accompagnent dans notre démarche. Par ailleurs, 'difficile' ne signifie pas 'impossible', et j'ai l'intime conviction que le bonheur est à la portée de tous, sans exception, sinon je ne me serais pas donné la peine d'écrire ces lignes.



Langlire, 18/06/2006: fleurs blanches.





Des itinéraires, il y en a plusieurs, et il appartient à chacun de déterminer ceux qui lui sont les plus appropriés et qui lui permettent d'avancer le plus rapidement possible et de guérir le plus en profondeur. Dans ce livre, vous en trouverez sept, se rapportant aux sept chapitres de l'ouvrage. Ce chiffre, symbolisant à la fois la perfection et la multitude, correspond à ce qu'a été mon expérience personnelle. Mais la liste n'est ni exhaustive, ni contraignante: il existe bien sûr d'autres voies et tous ne sont pas obligés d'en emprunter sept. Si ma foi en Jésus-Christ ressuscité occupe une place importante dans mon cheminement et a certainement été décisive dans ma guérison intérieure, les personnes non-croyantes, auxquelles je m'adresse également, pourront toutefois constater que deux des sept chemins proposés ne concernent pas une démarche spécifiquement religieuse.



Vielsalm, 10/09/2006: aubépine.





Le lecteur remarquera, avec plaisir, j'espère, que ce livre est abondamment illustré de photographies de paysages naturels de nos régions, ainsi que de la faune et de la flore de chez nous. Le cinquième chapitre est plus spécialement consacré au thème de ce contact avec la nature, qui m'a beaucoup aidé à devenir ce que je suis aujourd'hui et continue encore à me procurer respiration, épanouissement et vitalité. Comme, en la matière, des illustrations valent bien mieux que de longs discours, il m'a semblé bon de ne pas attendre ce cinquième chapitre pour dévoiler la beauté du monde bien réel qui nous entoure et les merveilles thérapeutiques de notre environnement, que les tristes images que nous rapportent nos journaux télévisés, de même que la grisaille aveuglante d'un vécu quotidien parfois dominé par la souffrance, nous font trop facilement oublier. Mon profond souhait est que chacun puisse de la sorte, rien qu'en regardant les images parsemant les différents paragraphes, trouver un agrément qui lui permette déjà de parvenir à un certain degré d'admiration, de pressentir l'avant-goût de ce qui l'attend et de susciter en lui le désir de vivre d'une vie nouvelle.



Fraiture, 12/03/2006: paysage de neige.



Une dernière remarque s'impose: le présent opuscule ne se veut pas être un récit autobiographique, dans la mesure où je ne m'attarde pas à décrire dans les détails ce qui a été mon lot de souffrances, d'égarements, d'erreurs et d'échecs. Je n'ai pas non plus voulu en faire une analyse psychologique personnelle que j'ai d'ailleurs, comme expliqué dans le troisième chapitre, effectuée en d'autres lieux. J'ai préféré garder une certaine pudeur et ne pas verser dans l'exhibitionnisme. Le but premier étant de proposer des chemins de vie, je me suis contenté de ne relater que le minimum nécessaire à la compréhension de l'importance des changements qui se sont opérés en moi et de la corrélation existant entre mon vécu et ces chemins proposés.


Bonne lecture et bonne route vers la joie!




Votre dévoué serviteur, qui vous adresse ces lignes.



PAGE SUIVANTE