RETOUR A LA TABLE DES MATIÈRES



Wanne, 14/01/2007: église.




Le témoignage des saints et des prophètes


A partir de mon expérience personnelle de conversion ou, plus exactement, de foi retrouvée, je voudrais effectuer ici une première réflexion. La foi se transmet et se reçoit toujours par l'intermédiaire d'autrui, par la médiation du témoignage direct ou indirect d'autres chrétiens. Beaucoup la reçoivent bien sûr de leurs parents, ce qui fut également mon cas dans un premier temps, avec la nuance évoquée plus haut qu'elle doit alors faire l'objet d'un travail personnel pour la faire sienne, authentique et débarrassée de toute forme d'idolâtrie. Souvent, d'ailleurs, plusieurs personnes contribuent au cours de notre vie à nous la donner, à nous la faire redécouvrir et à nous aider à l'approfondir: il y a là autant de chemins différents que de croyants vivant de leur foi. J'évoquerai d'ailleurs, dans le sixième chapitre, le rôle primordial que deux autres personnes ont joué dans ma vie de foi. Ce don que nous recevons d'autrui implique que chaque chrétien porte aussi l'immense responsabilité de transmettre à son tour ce qu'il a reçu, pour contribuer ainsi à la construction de ce magnifique édifice qu'est l'Église, communauté des croyants de tous les âges et de tous les continents, rassemblés autour du Christ ressuscité.


Hébronval, 01/04/2007: moutons et agneaux.




Cette Église est d'ailleurs le lieu par excellence de cette propagation de la foi, qui l'authentifie et la concrétise, notamment par le biais des sacrements, plus spécialement celui du baptême, qui constituent des signes qui, tout à la fois, signifient cette réalité de foi et la rendent effective et efficace. La foi chrétienne n'est-elle d'ailleurs pas avant toute chose cette adhésion confiante et engageante à la personne du Christ sauveur?



Diekirch (LU), 16/07/2006: église Saint-Laurent.



De fil en aiguille, cette transmission par le témoignage s'effectue également à un niveau universel, tout au long de l'Histoire, dans l'espace et dans le temps. Sans vouloir faire ici de l'apologétique, j'avoue être quand même très impressionné par la manière prodigieuse dont la foi chrétienne s'est répandue dans le monde, avec une rapidité foudroyante, et par la façon dont elle s'est communiquée à travers les âges et les générations. Une illusion aurait-elle la vie aussi dure? Prendrait-elle une telle ampleur? Cette tradition, car c'est ainsi qu'il faut appeler ce phénomène de transmission, pour autant que l'on débarrasse ce terme de toutes ses connotations péjoratives, constitue à elle seule, me semble-t-il, une raison de croire ou, plus exactement, un fondement de la foi sur lequel cette dernière peut s'appuyer pleinement.



Cierreux, 09/09/2006: amas de champignons.




Considérons un moment cette merveilleuse tradition au travers de quelques exemples. Tout a commencé à partir d'un petit groupe de personnes, que l'on a appelées « apôtres » parce qu'elles furent les témoins directs de la résurrection de Jésus. Des gens ayant pourtant bien les deux pieds sur terre au vu de leur métier (des pêcheurs, un collecteur d'impôts ex-collaborateur de l'occupant romain, un ancien résistant zélote...) et qui ne peuvent donc pas être soupçonnés d'une prédisposition à l'exaltation mystique. Ne croyaient-ils d'ailleurs pas, à la mort de leur maître, que tout était fini? C'est pourtant à eux, en tout premier lieu, que chacun de nous doit sa foi; c'est eux seuls qui sont à l'origine de l'Église que l'on qualifie très justement d'apostolique. Quelle ferveur devaient-ils avoir pour communiquer une telle flamme! Considérons l'apôtre Paul, ancien persécuteur, son ardeur à fonder de nouvelles communautés, ses voyages périlleux.


Beho, 19/08/2006: église, statue de Saint Pierre.




Considérons tous ces martyrs qui ont joyeusement accepté de donner leur vie pour rester fidèles à leur foi, au prix d'atroces tortures, et cela sans ambiguïté, dans la mesure où ils n'ont jamais recherché la souffrance, mais simplement accepté celle-ci par amour pour le Christ.



Beho, 19/08/2006: église, statue de Saint Laurent, martyr.



Considérons ces premiers moines qui, tels saint Basile et saint Antoine l'Ermite, suivis par saints Benoît et Bernard, ont vécu dans une ascèse radicale pour laisser toute la place à Dieu et faire de leur vie une prière et une offrande. Considérons ces humbles chrétiens bâtisseurs et sculpteurs du Moyen-Age qui, grâce à leur ferveur, ont pu édifier nos magnifiques cathédrales gothiques.



Clervaux (LU), 03/07/2006: Abbaye bénédictine.



Considérons ces chrétiens qui, tels saint François d'Assise et saint Vincent de Paul, se sont mis sans concessions au service des plus pauvres. Considérons ces grands mystiques qui, tels saint Jean de la Croix et sainte Thérèse d'Avila, nous ont laissé des écrits témoignant de leur réelle et profonde union au Seigneur. Considérons ceux qui, tels saint Jean-Baptiste de la Salle et saint Jean Bosco, se sont consacrés à l'éducation des jeunes en se faisant si proches d'eux. Considérons un saint Jean-Marie Vianney, curé d'Ars, qui, par une vie exemplaire de simplicité, d'humilité et de service, totalement abandonné à la divine Providence, s'est fait témoin de la miséricorde de Dieu. Considérons le Père Damien qui a soigné les lépreux au point de contracter lui-même cette terrible maladie. Considérons un Père Dominique Pire et un Cardinal Joseph Cardijn qui ont combattu pour la justice. Considérons enfin tous ces témoins de notre temps, tels Mère Teresa de Calcutta, Soeur Emmanuelle du Caire, Martin Luther King, l'Abbé Pierre, Guy Gilbert, le pape Jean-Paul II. Cette liste, pourtant déjà fort longue, ne constitue qu'une infime partie visible de tous ces témoins de l'évangile qui ont vécu depuis deux millénaires. N'est-ce pas admirable de constater ainsi tout ce qui a été réalisé au nom du Christ et, surtout, grâce à lui? Chacun de ces témoins ne constitue-t-il pas, rien qu'à lui seul, un signe visible de la présence du Christ ressuscité parmi nous? Tous ceux-ci, dans leur ensemble, n'attestent-ils pas de la vérité de la foi?


Coo, 24/12/2006: lac.




PAGE SUIVANTE