RETOUR A LA TABLE DES MATIÈRES



Regné (Plateau des Tailles), 27/12/2006: givre et brouillard.




Les dispositions garantes du progrès


Une psychothérapie n'a vraiment rien d'une sinécure! Après le soulagement des premières séances, au cours desquelles toutes les tensions commencent à se libérer, notamment grâce à l'anamnèse de l'histoire récente et primitive, débute un très long processus, au cours duquel l'ouvrage doit sans cesse être remis sur le chantier. Très vite, l'on s'aperçoit qu'il s'agit d'un travail de très longue haleine, qui, en outre, s'avère extrêmement éprouvant.



Bourscheid (LU), 14/07/2006: vue du château-fort sur la vallée de la Sûre.



Je crois d'ailleurs que si, au départ, l'on savait à quoi l'on s'engageait, tant au niveau de la durée du traitement que des difficultés qui doivent être surmontées, personne ne se lancerait dans pareille aventure. A l'inverse, celui qui considérerait d'emblée le résultat final et croirait déjà en sa pleine réalisation n'hésiterait plus un instant et s'investirait à fond dans la démarche. Donc, les premières dispositions garantes du progrès d'une thérapie sont assurément la patience et la persévérance. Mieux vaut se résoudre, dès le début, à continuer l'entreprise envers et contre tout, quoiqu'il arrive, et à s'en tenir à cette règle aussi longtemps que nécessaire.



Arbrefontaine, 10/11/2006: chemin forestier.



En effet, la tentation est souvent très forte d'abandonner en chemin, au risque de devoir recommencer le travail plus tard, ce qui est généralement encore plus douloureux. La thérapie s'apparente effectivement, et le plus couramment, à une longue marche dans un tunnel obscur dont on n'aperçoit pas l'issue: les résultats et le mieux-être se font désespérément attendre.



Coo, 24/12/2006: centrale hydro-électrique, galerie des visiteurs.



Nonobstant cela, le moteur qui nous fait alors aller de l'avant est, d'une part, le constat qu'un retour en arrière n'est guère profitable, et, d'autre part, le désir de vivre, et de vivre heureux, qui l'emporte, par moments, sur les pulsions morbides.



Gouvy, 21/04/2007: hêtre.





Les autres dispositions garantes du progrès vers la guérison sont certainement l'esprit de vérité, le courage et l'humilité. De fait, la démarche psycho-thérapeutique exige sans cesse des remises en question, qui nécessitent de porter un regard lucide sur soi-même, de reconnaître ses blessures et ses erreurs. S'il est souvent plus facile de nier les problèmes et de les enterrer, plutôt que de les résoudre en les regardant en face, la seule voie vers le bonheur consiste cependant à prendre le taureau par les cornes, à soigner le mal à la racine, à extraire les tumeurs sans concessions... Ce chemin de la connaissance de soi, et de la reconnaissance de ses limites, est pourtant l'unique qui puisse être emprunté par qui désire s'avancer vers la liberté intérieure. Le thérapeute est d'ailleurs là pour ne jamais nous laisser en paix, pour briser les résistances, pour rappeler les objectifs et le trajet qu'il nous reste à parcourir, lorsque, par le biais de mécanismes défensifs, nous pensons prématurément être parvenus au but, pour mettre le doigt sur ce que nous voudrions précisément dissimuler, éviter, contourner, nier...



Salmchâteau, 29/12/2006: cristaux de glace.




Ainsi, passant de remises en question en nouvelles décisions, de dépouillements intérieurs en choix s'orientant vers un surcroît de vie, de défrichages en fondations solides, notre être se reconstruit peu à peu, bien que souvent de façon quasi-imperceptible. C'est donc en nommant nos limites et en les acceptant humblement que, progressivement, nous découvrons notre véritable identité, devenant pleinement nous-mêmes, et que, paradoxalement, nous grandissons alors en humanité.




Langlire, 26/08/2006: champignon.



PAGE SUIVANTE