RETOUR A LA TABLE DES MATIÈRES



Salmchâteau, 09/06/2007: éclair.




L'électrochoc


Lorsque mon thérapeute jugea sans doute que cela avait assez duré et que le temps était venu de me faire réagir, j'entrai dans une phase cruciale de mon travail psychologique, qui fut particulièrement éprouvante et pénible, mais surtout décisive et salutaire. Cela dura quatre mois, de janvier à avril 2004. Les séances étaient extrêmement conflictuelles, au point que j'avais en permanence l'envie d'étrangler mon psychiatre et de tout casser dans son cabinet de consultation, et que les patients suivants, qui se trouvaient dans la salle d'attente, devaient être effrayés par le retentissement des éclats de voix, des crises de colère et des réprimandes! Manifestement, mon thérapeute cherchait à me faire réagir, en me provoquant incessamment à tous les niveaux. Me rendre à la consultation était un véritable cauchemar et j'ignore encore aujourd'hui pourquoi et comment je persévérai dans mon entreprise.



Salmchâteau, 19/01/2007: le Glain en crue.



Toujours est-il que cela porta enfin ses fruits, à partir du mois de mai de la même année... Si d'heureux facteurs extérieurs vinrent à ce moment certainement favoriser le processus de guérison dans cette étape décisive, il n'en reste pas moins vrai que ce qui se produisit lors de mes consultations hebdomadaires fut déterminant pour m'amener à quitter ma passivité et à prendre mes premières décisions constructives.



Rogery, 18/08/2006: vache.



Par la suite, comme nous allons l'évoquer à présent, les progrès réalisés advinrent par paliers successifs qui, une fois franchis, constituèrent, à chaque degré, une victoire bien assise et une conquête définitivement acquise dans la guerre que j'avais enfin déclarée à la mélancolie et au mal de vivre.




Clervaux (LU), 03/07/2006: château.



PAGE SUIVANTE