RETOUR A LA TABLE DES MATIÈRES



Cierreux, 04/03/2007: ruisseau en méandres.




Le guide protecteur


Tobie ne connaît pas le chemin pour se rendre à Médie et aller chercher l’héritage de son père. Ce dernier l’envoie donc quérir un guide. En route, il rencontre Raphaël, mais sans savoir que c’est l’envoyé de Dieu. Tobit, après s’être entretenu avec lui, finit par l’agréer et l'embauche en vue de l'expédition. Raphaël, ayant donc gagné sa sympathie, lui promet alors bénédiction: « Aie confiance, Dieu ne tardera pas à te guérir » (Tobie, V, 10). Anna, par contre, s’inquiète: elle ne veut pas laisser partir son fils. Mais son époux s'efforce de la rassurer et elle finit par consentir au départ de Tobie.



Bihain, 18/06/2006: le Plateau des Tailles.





Comme Tobie, ou encore comme Abraham qui, à l'instigation de Yahvé, doit quitter son pays pour marcher, dans la confiance, vers le pays inconnu qui lui sera indiqué (Genèse, XII, 1), nous ignorons souvent quel chemin nous devons emprunter et quelle est la direction à prendre. En relation d'aide chrétienne aussi, très souvent, l'on ne sait pas où l’on va, l'on ne connaît pas l’ampleur du travail qui devra être réalisé. Des choix conséquents doivent être opérés, des décisions cruciales pour notre vie doivent être adoptées, des réorientations de vocation doivent même parfois être effectuées. Mais le Seigneur est toujours présent pour nous guider, notamment par la médiation de sa Parole, par celle de l’accompagnateur, et encore par celle de l'Église et des sacrements. En effet, la Parole de Dieu occupe une place très importante dans le chemin de guérison: au cours de chaque entretien, la personne accompagnée est invitée à méditer l'un ou l'autre passage de la Bible et à discerner, à partir de cette Écriture sainte et inspirée, ce que Dieu veut lui dire personnellement, dans l'ici et le maintenant de son existence.



Beho, 19/08/2006: église, chaire (détail), Saint Luc.



Quant à l'accompagnateur, comme Raphaël, il invite son compagnon de route à la confiance et, dans la foi, il sait que le Seigneur le guérira et accomplira des merveilles en lui, en dépit des innombrables périodes de doutes qu'il aura à traverser. Enfin, pour ce qui est des sacrements, la participation assidue à l’eucharistie et le recours au sacrement de la réconciliation l'aideront à réaliser les deux principaux objectifs de son chemin de guérison, que nous avons déjà évoqués précédemment: accueillir la vie du Ressuscité en lui et restaurer la relation avec lui-même, avec Dieu et avec son prochain. Ces deux sacrements de guérison apparaissent donc comme étant particulièrement bien appropriés dans leur association à la relation d'aide chrétienne.



Luxembourg, 09/07/2006: cathédrale Notre-Dame.




A leurs côtés, il y a également lieu de souligner l'importance du renouvellement des voeux du baptême, à l'occasion de la veillée pascale: c'est le sacrement de la résurrection par excellence, puisque, à l'instar du cierge pascal plongé dans la cuve baptismale pour en être retiré ensuite, nous émergeons des eaux de la mort et du péché, pour naître à une vie nouvelle, celle du Christ ressuscité qui habite désormais en nous. Relevons aussi le fait que, loin d'être une extrême onction à n'administrer qu'à l'agonie, le sacrement des malades peut être d'un grand réconfort lors d'une dépression. J'ai personnellement demandé à le recevoir, en mai 2002, au sanctuaire marial de Beauraing, et, au vu de cette expérience, je ne puis que vivement encourager toutes celles et ceux qui connaissent ce genre d'épreuve d'y recourir sans hésiter, confiants que le Christ, qui a guéri tant de malades et d'infirmes durant sa vie publique, a le pouvoir et le désir de les guérir, eux aussi.



Hébronval, 01/04/2007: moutons.



Parlons enfin des réticences d’Anna à laisser partir Tobie. Elles représentent tout à la fois nos résistances intérieures à aller de l'avant, ainsi que celles de notre entourage, qui tentera parfois de nous dissuader dans notre entreprise. Ces freins, qu'ils soient intrinsèques ou externes, sont, pour ainsi dire, inévitables, car un chemin de libération fait peur et constitue une source d’insécurité profonde, eu égard à l'épais brouillard qui, telle une chape, s'étend sur notre parcours, rendant de la sorte son issue invisible, bien qu'elle soit pourtant certaine.



Burtonville, 20/02/2005: paysage de neige.




PAGE SUIVANTE