RETOUR A LA TABLE DES MATIÈRES



Burtonville, 15/10/2006: sous-bois de hêtres.




La nature: lieu de guérison et vertus thérapeutiques


Venons-en donc à considérer cette action rassérénante du contact avec notre environnement naturel. Mentionnons d'emblée qu'il s'agit d'un moyen thérapeutique à la portée de tous, ayant le mérite d'être totalement gratuit, puisque le patrimoine naturel est un bien commun, appartenant à tous, partagé par tous, offert à tous, mais devant, par conséquent, être respecté et préservé par tous.



Honvelez, 09/09/2006: graines soyeuses.



Certes, la plupart d'entre nous n'avons pas la chance d'habiter en zone rurale, quoiqu'il s'agisse là encore d'un choix de vie souvent possible et dépendant d'une décision personnelle.



Courtil, 17/06/2007: train, ligne 42.



Mais rien n'empêche les citadins de profiter de temps à autre d'une belle journée ensoleillée, quelle que soit la saison, pour prendre le train de bonne heure, en direction des Ardennes ou de quelqu'autre région: de nombreuses petites gares sont en effet encore desservies et constituent d'excellents points de départ pour réaliser de magnifiques randonnées.



Coo, 02/10/2004: viaduc ferroviaire, ligne 42.




Mais en quoi donc cet environnement naturel constitue-t-il un lieu privilégié de guérison? Tout d'abord, il nous met en contact avec ce qui est beau et qui, réjouissant nos sens par cet attribut, ne peut qu'éveiller en nous le désir de vivre.



Cierreux, 17/11/2006: couleurs d'automne.



Dans la vie quotidienne et la grisaille de nos cités industrielles, cette beauté de la Création nous échappe trop souvent. Or, de cette beauté, nous en avons tous besoin, nous demandons à nous baigner en elle, nous cherchons à nous en imprégner. Il s'agit en effet de notre cadre de vie le plus naturel, auquel nous sommes destinés et qui nous est dévolu, et avec lequel nous pouvons donc vraiment vivre en symbiose et en harmonie. Le confort artificiel de nos civilisations, s'il est bon en soi, a cependant trop facilement tendance à nous faire oublier notre milieu originel et naturel, avec lequel nous devons demeurer en relation pour conserver ou retrouver un sain équilibre de vie. Ce biotope, qui est ou devrait être le nôtre, nous permet de cohabiter avec tout un écosystème constitué de nombreuses espèces végétales et animales: il nous met en contact avec la vie.



Salmchâteau, 26/08/2006: araignée.



Nous avons vu que guérir, c'est, avant tout, vivre ou revivre, choisir la vie. Or, qu'est-ce qui pourrait davantage stimuler la vie en nous que le rapprochement même avec la vie, sous ses formes diverses et multiples? Qu'y a-t-il de plus vitalisant et stimulant que de voir vivre autour de soi? Qu'y a-t-il de plus contagieux que la vie?



Diekirch (LU), 16/07/2006: myrtil.



Par ailleurs, la fréquentation des espaces naturels nous soustrait quelque peu aux multiples pollutions et agressions, générées par l'être humain, et qui atteignent immanquablement nos cinq sens. Très souvent, ces derniers manquent de repos et sont abusivement sollicités. Le bruit, les gaz d'échappement, les images publicitaires intempestives, les aliments regorgeant de colorants et d'agents conservateurs, ou encore les détergents et autres produits corrosifs pour la peau, sont autant d'exemples d'éléments nocifs, qui nous attaquent et qui altèrent nos facultés sensorielles.



Salmchâteau, 18/08/2006: champignons.



Enfin, on ne pourrait terminer ce propos sans dire que le calme ambiant et le silence favorisent évidemment aussi la relation à soi-même et, partant, la connaissance de soi, préalable indispensable à toute guérison.




Coo, 24/12/2006: lac.



PAGE SUIVANTE