RETOUR A LA TABLE DES MATIÈRES



Burtonville, 15/10/2006: scierie.




Que ferons-nous de notre patrimoine naturel?


Si nous voulons que les générations futures puissent encore bénéficier des vertus thérapeutiques de leur environnement naturel, il devient absolument urgent et impératif de préserver cet environnement menacé, et de modifier nos comportements à cette fin. C'est une immense responsabilité qui nous incombe, et un incomparable défi à relever: il y va de la survie même de l'humanité.



Spineu, 16/02/2007: fontaine.



La pollution de l'air, des mers et des nappes phréatiques, l'altération de la couche d'ozone, le réchauffement climatique, sont autant de phénomènes qu'il nous faudra rapidement enrayer. Ces derniers mois, nous avons connu, de façon récurrente et répétitive, des conditions climatiques anormales et extrêmes. Ainsi, les pistes de ski ardennaises n'ont pu ouvrir un seul jour, au cours de l'hiver 2006-2007, faute de neige! Si une vague de chaleur, au mois d'avril, peut paraître très agréable, il n'en reste pas moins vrai qu'elle est également annonciatrice de changements climatiques vraiment inquiétants, et mettant déjà en péril de nombreuses vies humaines, dans certaines contrées.



Bockholtz (LU), 31/07/2006: sauterelle.




Le naturaliste amateur que je suis ne peut que constater, avec consternation, la raréfaction, voire la disparition, de nombreuses espèces animales, spécialement dans les classes des insectes et des oiseaux. La biodiversité est dangereusement compromise.



Bettendorf (LU), 16/07/2006: gouet.



Certes, l'objet de ce livre n'est pas d'être un manifeste écologiste, mais les enjeux sont tels qu'il m'est impossible de ne pas évoquer cette situation, en appelant toutes les consciences à assumer leurs responsabilités. Il me semble en effet que, si chacun adoptait, dans la mesure de ses possibilités, un maximum de comportements adéquats et respectueux de l'environnement, sans attendre que d'autres le fassent pour s'y mettre soi-même, les phénomènes susmentionnés pourraient être en grande partie jugulés.



Bihain, 18/06/2006: campanule.



Au niveau de la vie domestique, pourquoi, par exemple, ne pas opter pour un contrat de fourniture d'électricité produite exclusivement à partir de sources d'énergie renouvelable, et l'utiliser comme moyen de chauffage, en lieu et place des combustibles fossiles? Pourquoi ne pas installer des panneaux solaires sur son toit ou placer une petite éolienne dans son jardin? Les surcoûts inhérents à ces investissements ou à ces choix, indépendamment des perspectives de rentabilisation à terme, pourraient être immédiatement compensés par des gains, par exemple, en recourant autant que possible à la bicyclette, ou encore aux transports en commun, bien moins onéreux que la voiture automobile, et aussi bien plus agréables, eu égard à la moindre fatigue liée à leur usage et à l'opportunité de mettre à profit le temps de déplacement pour se reposer ou vaquer à quelque occupation.



Ostende, 15/01/2006: mer, goélands et tournepierres.



Renoncer à ce symbole de puissance, de domination et de pseudo-liberté qu'est la voiture, qui empoisonne la vie des piétons et occasionne de bien trop nombreux accidents mortels et mutilants, n'est certes pas encore actuellement un comportement à la mode ou socialement encouragé, mais l'histoire ne tardera pas à donner raison à celles et ceux qui auront fait aujourd'hui ce choix courageux, sans compter le surcroît immédiat de qualité de vie qui peut en résulter.



Dairomont, 10/11/2006: mélèzes.



Il y a, en matière environnementale, des tendances générales qu'il faut tenter d'infléchir par des comportements particuliers, de manière à ce que les décideurs politiques soient, eux aussi, amenés à effectuer des choix bénéfiques, tels la réorientation vers des investissements en sources d'énergie renouvelable, ou encore en privilégiant le rail plutôt que la route. Je renvoie donc ici chacun à sa conscience responsable et à son intelligence...




Bourscheid (LU), 14/07/2006: parc d'éoliennes, champ d'orge.



PAGE SUIVANTE