RETOUR A LA TABLE DES MATIÈRES



Jules MATAGNE (1902-1981).




Bon-Papa


C'est mon grand-père paternel qui, au cours de mon adolescence, me fit découvrir le vrai visage de Dieu: le Père infiniment miséricordieux, dont l'amour est éternel. C'était un homme d'une très grande bonté et l'on ne s'étonnera donc pas qu'il consacra beaucoup de son temps à rendre visite aux prisonniers.



Regné, 18/06/2006: fleur.



Dans la nuit obscure et tourmentée que je traversais alors, dans ce véritable calvaire que fut cette époque de ma vie, où je me sentais aussi mal au collège que dans mon milieu familial, il était la lueur d'espérance qui me réconfortait et me permit de continuer à progresser pas à pas. Aussi, je fus très affligé par son décès, survenu le 12 janvier 1981, alors que je n'avais pas encore atteint l'âge de seize ans: je m'en souviens encore comme si c'était hier. Mais, du Ciel, il demeurait discrètement présent dans ma vie.



Regné, 21/09/2006: crépuscule.



Curieusement, c'est le 18 juin 2002, soit le jour même du centième anniversaire de sa naissance, que je quittai définitivement l'Ordre du Carmel et déménageai à Liège. Certes, comme je l'ai déjà dit, cet événement marqua le début de la période la plus sombre de mon existence, mais c'était aussi un pas qu'il fallait absolument que je franchisse. Je crois profondément que Bon Papa m'y aida et qu'il fut alors, comme au temps de ma puberté, une lampe qui éclaira mes ténèbres et me préserva certainement du pire.




Salmchâteau, 04/11/2006: lever de pleine lune.



PAGE SUIVANTE