RETOUR A LA TABLE DES MATIÈRES



Langlire, 04/02/2007: coucher de soleil.




Emmaüs



Jésus prit le pain, le rompit et le leur donna.

Alors leurs yeux s'ouvrirent et ils le reconnurent...

Mais à l'instant même, il disparut de devant eux.

Ils se dirent alors l'un à l'autre:

« Notre coeur n'était-il pas tout brûlant au dedans de nous,

quand il nous parlait en chemin? ».


Luc XXIV, 30-32




Langsur (DE), 02/07/2006: champ de blé.



Si c'est dans la vie de tous les jours que Jésus ressuscité vient à notre rencontre, il n'en reste pas moins vrai que la fréquentation de l'Eucharistie fait partie intégrante de cette vie quotidienne et qu'elle l'organise. En effet, à l'instar des disciples d'Emmaüs, c'est, d'une façon toute privilégiée, par l'écoute de la Parole de Dieu et la communion au Corps du Christ, sous la forme du pain rompu et partagé, que nous reconnaîtrons notre Seigneur. Ne s'agit-il pas là du sacrement qu'il nous a lui-même donné à la veille de sa mort?



Wasserbillig (LU), 02/07/2006: vigne.



Le vis-à-vis revêt toutefois un caractère souvent fugitif et impalpable: jamais nous ne mettrons la main sur Dieu, jamais nous ne contrôlerons l'occurrence ou le déroulement de la rencontre, jamais nous n'en maîtriserons la nature. Jésus ressuscité garde l'initiative et reste absolument transcendant. Mais, s'il nous échappe en quelque sorte, s'il se soustrait à la perception de nos sens, si son apparence corporelle s'estompe, son évanescence n'est cependant pas synonyme d'absence: par-delà les modes contingents de sa manifestation, sa présence se fait tout intérieure et opère des transformations radicales au-dedans de nous, au plus profond de notre être.



Burtonville, 15/10/2006: sous-bois, rayons de soleil.



Et, habituellement, ce n'est que a posteriori, et au terme d'un compagnonnage prolongé mais discret, que nous nous rendrons compte qu'il demeure vraiment en nous et que notre coeur s'est embrasé du feu de la joie et de la charité.



Bèche, 17/11/2006: coucher de soleil.




PAGE SUIVANTE